La fondation fête ses 20 ans

Il y déjà 20 ans que la fondation a été créée dans le but de revitaliser et protéger les marais et les étangs de Damphreux.

Après la partie officielle du samedi 31 août 2013, des visites sont organisées le dimache 1er septembre de 10h00 à 12h00 pour les personnes intéressées.

Chacun peut se rendre compte aisément de l'évolution du site d'importance nationale.

Le concept visiteur qui a déjà en partie été réalisé par le construction de cabanes d'observations sera achevé au courant de 2014.

Ces différentes réalisations ont pu se faire uniquement grâce aux nombreux donateurs et bénévoles qui oeuvrent depuis de nombreuses années en faveur de la fondation.

Un site remarquable qu'il faudra entretenir afin de garder des conditions otpimales en faveur de la biodiversité, le travail n'est donc pas terminé.

pdf 15 Mo   Conférence de Bernard Lachat, Biotec

RTS - Emission Ensemble 7.7.13

La Fondation des Marais de Damphreux passe à l'emission Ensemble de la RTS dans un reportage de quelques minutes.

Radio Fréquence Jura - 25.04.2013

Un site remarquable et un travail récompensé

Un Jurassien reçoit le Prix suisse des cours d’eau. Bernard Lachat est biologiste et il a fondé le bureau Biotec. Lui et son équipe sont chargés de réaménager des plans d’eau. Cette récompense, attribuée par l’Association suisse pour le génie biologique, l’Association suisse pour l’aménagement des eaux, l’Association suisse des professionnels de la protection des eaux et ProNatura, honore des projets qui visent à améliorer la qualité des cours d’eau et des lacs pour l’homme et la nature. Bernard Lachat a notamment revalorisé les marais de Damphreux et l’Allaine.

Un travail titanesque sur les marais de Damphreux

En 2007, la Fondation des marais de Damphreux fait appel au bureau Biotec pour sauver le site. La digue qui sépare les deux plans d’eau est dans un piteux état. Elle subit les attaques des rats musqués et s’érode gentiment. La forêt recouvre une partie de la zone humide. Bernard Lachat propose de prolonger la digue et de la réaménager avec des matériaux végétaux, au lieu de béton. Depuis, les lieux sont redevenus paisibles et accueillants pour la faune et la flore. Les curieux peuvent s’y rendre en respectant les consignes. /nqu